Publication de la loi pénalisant la discrimination en Mauritanie, fondée sur l’appartenance ethnique, la race ou la langue …

Justice & sanctions : La loi n° 023/2018, pénalisant la discrimination en Mauritanie a été publiée. Elle n’a pas encore été connue par certains Mauritaniens. Mais, il est de notre devoir de faire passer le message, pour que tous les Mauritaniens puissent lire, comprendre, savoir et défendre leur dignité, face à toute situation, qui déshonore l’humanité. Voici, comment cette, loi n° 023/2018, décrypte la discrimination, d’une part et le discours de haine, en Mauritanie, d’autre part :

*- Discrimination : toute distinction, marginalisation, dénigrement ou préférence voulue, ou encore pour empêcher l’exercice des droits de l’homme et des libertés fondamentales. En ce qui concerne le discours de haine, il fait référence aux déclarations publiques qui menacent, humilient ou dégradent un groupe particulier, sur la base de la race, de la couleur, de l’origine ethnique, de la nationalité, du handicap ou du sexe. La loi interdit toute forme de discrimination, fondée sur l’appartenance ethnique, la race ou la langue.

La loi encourage toute action ou programme visant à améliorer les conditions de vie des franges de la société, les plus démunies. Aussi, tout acte positif dans le respect de l’autre et pour l’intérêt général ou de la patrie. Alors, la loi n° 023/2018 est aussi décrypter, par, incitation à la discrimination, à la haine et à la violence contre une personne ou un groupe de personnes, par le biais d’écrits imprimés ou non imprimés, de photographies, distribué, vendu, proposé à la vente ou par écrit non publié, mais envoyé ou communiqué à plusieurs personnes.

Incitation au licenciement contre une personne ou un groupe, sur la base de leur race, couleur, appartenance ethnique ou nationalité, discrimination dans des activités professionnelles, formation professionnelle, offres d’emploi, exécution de contrats de travail ou licenciement, discrimination par la presse, y compris incitation a la discrimination à la haine, à la violence, ou par d’autres moyens de communication sont des actes, face à des sanctions sévères.

On note : – la peine d’emprisonnement d’un (1) an à 5 ans – la peine d’emprisonnement de six (6) mois à un (1)  an – la peine d’emprisonnement de (1) un an à trois (3) ans, et la peine d’emprisonnement d’un (1) mois à un (1) an.

  • @ Lire plus d’infos sur : www.tvpresse.info
  • Tél & watsap : 00 222 41 83 33 92   – moudiaye8@gmail.com
  • Twitter : @moudiaye8   – Nouakchott – Mauritanie
Share

Plus d'infos dans la rubrique : Plus d'Infos




laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *