Le candidat malheureux Kane Hamidou Baba a été conseillé d’éviter son amateurisme politique, il finit par un bilan négatif

Misère & Souffrance : la « Coalition Vivre Ensemble » se transforme à une coalition vivre en prison «YONTII». Aucun respect aux forces armées et de sécurité du pays. Aucune considération aux symboles de l’État. Aucune initiative pour aider sa communauté à vivre en paix et pour soulever une montagne des défis, sur son chemin de bonheur.

La création de la « Coalition Vivre Ensemble » en Mauritanie, n’a provoqué, que de la division, de la violence, de la haine raciale, de la calomnie et insultes entre les différentes franges de la société. Le faux de départ du candidat malheureux de la Présidentielle du 22 juin 2019, en Mauritanie, M. Kane Hamidou Baba a été sans nul doute, cette collaboration avec le pouvoir politique d’Ould Taya.

Ce Seydi, Kane a-t-il une fois joué le rôle d’Oumar Souleymane, « version locale », en voulant défendre la cause des populations négro-africaines ? Visiblement, l’homme a travaillé pour l’ancien président Maaouiya Ould Ahmed Taya en tant que conseiller à la communication présidentielle. La question, qu’on se pose, d’où vient le virus des conflits liés à la cohabitation nationale en Mauritanie ?

En 2010, l’opposition suspend Kane Hamidou Baba, pour quoi ? Les députés ont procédé, ce vendredi 09 juillet 2010, au renouvellement du bureau de l’assemblée nationale à l’occasion de la première session ordinaire de l’année 2010. Un renouvellement qui a vu l’éviction du deuxième vice-président, Kane Hamidou Baba, remplacé par le premier vice-président du Rassemblement des forces démocratiques (RFD), Mohamed Mahmoud Ould Lematt.

Aujourd’hui, cet homme est annoncé, comme le (1er) Premier ministre, d’Ould Ghazwani (2019 – 2024). Dans un climat marqué par un amateurisme politique et de l’égoïsme, le parti Mouvement pour la Refondation (MPR) a été cité comme référence : « Parti cartable». Le leader de MPR,  a – t-il perdu son récépissé de reconnaissance ? EL Mouhim, l’homme a été conseillé d’éviter son amateurisme politique, face aux infections du virus des conflits liés à la cohabitation nationale. Aujourd’hui, ça tourne au vinaigre.

M. Kane, a-t-il fini son combat, avec « Balla Gueye» et ses camarades ? EL Mouhim, l’homme a visiblement enregistré un bilan douloureux des années 80 à 2019. Après le scrutin de la présidentielle du 22 juin, on note, plusieurs dégâts, misère, souffrance, inquiétude, défaite, déception et manifestations dans différents quartiers et villes, à Nouakchott, Nouadhibou, Kaédi, Boghé et autres.

Au moment où nous mettons, ce papier en ligne, on découvre un danger : ***

– le tribunal régional du Gorgol dans la région du fleuve, a condamné six activistes de la « Coalition Vivre Ensemble (CVE) », à des peines d’emprisonnement de 6 mois dont 4 avec sursis et d’amende de 20.000 ouguiyas.

En prévision, faire sombrer la Mauritanie dans une crise politique à vie qui, en aucun cas, ne doit exister, au cours de cette période 2019 – 2024, est une nouvelle option. Cette initiative entre le pouvoir en place (juillet 2019) et l’opposition violente, agressive et engagée pour des troubles, fera sans nul doute, le climat politique du pays, une obscurité pour toujours.

Il est à noter que 90 % des Mauritaniens ne vous disent pas, ce qu’ils pensent et ce qu’ils comptent et veulent faire. Pendant, qu’on note, que les dictateurs et dirigeants militaires actuels, ne sont que pour la paix civile. En Mauritanie et à l’étranger, le constat est que la paix civile, la stabilité et la sécurité, n’arrangent pas, ceux qui appellent au dialogue politique et ceux qui rejettent ce dialogue avec hypocrisie.

Notez bien (NB) : ceux qui disent que les dictateurs et dirigeants militaires actuels en Mauritanie sont à dégager, sont avec l’opposition agressive et violente. Tous, sont dans le même bloc pour  semer des troubles, du pouvoir politique d’Ould Ghazwani, (2019 – 2024). Le dialogue politique n’a pas sa raison d’être en Mauritanie. Ils ont participé aux élections avec une lourde défaite. Ils doivent libérer le passage en leur disant, en terme militaire : «DÉGAGE».

La détermination des forces armées et de sécurité pour faire de la Maurétanie un pays de référence, en protégeant le citoyen dans différents quartiers et villes du pays est un souci pour ceux qui sont ennemis de la Nation.

  • @ Lire plus d’infos sur : www.tvpresse.info
  • Tél & watsap : 00 222 41 83 33 92 – moudiaye8@gmail.com
  • Twitter : @moudiaye8   – Nouakchott – Mauritanie
Share

Plus d'infos dans la rubrique : Opinions




laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *