La candidature de Kane Hamidou Baba à la présidentielle de 2019, réactualise quelques événements douloureux et haineux

Présidentielle – (6e partie) : Propos diffamatoires, faire du racisme d’État une carte politique qui ne se justifie pas, le slogan d’un État esclavagiste pour secouer les hautes autorités Mauritaniennes, ternir l’image de marque de la Mauritanie et de ses symboles, incitation à la haine raciale, ethnique, linguistique ou au meurtre, s’appuyer sur des individus sur le territoire mauritanien, au Sénégal et en France, tout en œuvrant pour affaiblir l’Armée Mauritanienne sont des signes parmi d’autres qui ne trompent pas.

Des signes, que nous décryptons de la candidature à l’élection présidentielle du 22 janvier 2019, de M. Kane Hamidou Baba. Identifié au nom de la coalition « Vivre Ensemble » en Mauritanie,  le candidat Kane Hamidou Baba a été annoncé à cette présidentielle, par le conseil constitutionnel. Avec cinq (5) candidatas d’expériences, Kane Hamidou Baba est soutenu par quelques acteurs de la scène politique qui ont échoué leurs principales cartes politiques, par manque d’efficacité sur le terrain local et à l’étranger.

Aussi, ce candidat est visiblement, soutenu par quelques mouvements de jeunes agressifs, violents, haineux et prônent la division et la séparation entre les différentes franges de la société en Mauritanie. Ces jeunes à travers leurs statuts sont en connexion avec plusieurs  activistes qui veulent, faire sombrer la Mauritanie. Parce qu’elle est entre les mains d’une Armée qui affirme d’avantage son courage de faire de cette patrie, un pays sécurisé et stable.

Pour illustrer nos différentes pistes, la candidature de Kane Hamidou Baba à la présidentielle du 22 juin 2019, vise à réactualiser les principaux événements douloureux et haineux qu’a connus la Mauritanie, durant les dix dernières années. Le Mouvement Touche Pas à Ma Nationale (TPMN), le Parti pour la Liberté, l’Égalité et la Justice, connu sous les sigles de (PLEJ – dissout), les Forces de libération africaines de Mauritanie (FLAM), ne sont que d’activistes en tranche. Ils militent pour affoler de temps en temps le pouvoir politique de Nouakchott.

A cet instant précis, la lutte continue n’a obtenu, aucun résultat concret pour faire de leurs différentes cartes une cause juste. Le constat est que, quelques activistes en Europe, au Sénégal, au Canada et aux USA, font de cette lutte continue un moyen de pression sans effets. La lutte continue n’est qu’une perturbation sur l’ensemble du territoire national, notamment dans la région du fleuve en Mauritanie, ou la haine provoque la pauvreté et la misère espère un jour meilleur.

Pendant ce temps, l’Alliance pour la Justice et la Démocratie – Ajd/mr, qui est visiblement une formation politique ethnique, n’a aucune image de marque à défendre sur le terrain politique. Parce qu’elle a comme réputation en Mauritanie, faire de sa stratégie politique, une natation dans une eau de mauvaise qualité, en jouant la liaison entre Nouakchott, France, USA et dans certaines localités du fouta.

En France; sur quelques pistes de démonstration et d’animation, l’AJID/MR fait du racisme d’État en Mauritanie, un slogan pour garantir le quotidien de certains de ses militants. Et, aux USA, ils se déguisent comme victimes d’un système raciste en Mauritanie. Pendant, que la terre tourne à Nouakchott Ouest. Aujourd’hui, la présence de l’ancien président du Front Populaire, Chbih Cheikh Mélaïnine, qui a marqué la vie politique du pays dans les années 90, à coté du candidat de la Coalition du Vivre Ensemble (CVE), Dr.Kane Hamidou Baba, décrypte une nouvelle tentative.

En résumé, sur plusieurs pistes d’enquêtes, l’incitation à la haine raciale pour défavoriser les zones les plus reculées du fouta-Toro en Mauritanie, le chômage des jeunes, s’abonner à une politique de mauvais voisinage pour faire échouer, toute cohabitation entre les uns et les autres sont de nouveau, des signes qui se dégagent de la candidature de Kane Hamidou Baba. La lecture de ces signes ne trompent pas un expert averti.

Elle s’explique par vouloir marginaliser davantage les innocents et exclure les franges de la société, les plus démunies qui espèrent sortir de la misère. Elles souffrent dans plusieurs zones rurales. Par manque de connexion avec ceux qui sont engagés, pour une cause juste. Il est difficile de vivre la situation de ces innocents dans des zones les plus reculées du pays. Alors, conserver le climat tendu qu’a connu la Mauritanie durant les différents événements douloureux, notamment en 1987 et 1989, est une nouvelle piste.

La réactualisation de cette piste à travers deux pôles en France et au Sénégal, n’est qu’un habillage d’un échec. Un échec politique qui date de plus de dix ans (10) ans, de combat dans l’ombre. La candidature de M. Kane Hamidou Baba à cette élection présidentielle du 22 juin 2019, en Mauritanie, nous dira un jour, que la vérité qui dérange est plus importante, qu’une lutte continue sans aucun résultat fructueux.

  • @ Lire plus d’infos sur : www.tvpresse.info
  • Tél & watsap : 00 222 41 83 33 92 – moudiaye8@gmail.com
  • Twitter : @moudiaye8   – Nouakchott – Mauritanie
Share

Plus d'infos dans la rubrique : Actualités




laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *