La piste d’enquête de 1960 à 2019, sur le racisme d’État n’existe pas en Mauritanie, et l’État n’est pas esclavagiste, se confirme

L’État Mauritanien est debout sur ses pieds, depuis 1960 : la manipulation de l’extérieur, l’analphabétisme, le clivage politique, tribal, régional, ethnique et plusieurs autres phénomènes de la société sont des facteurs, qui ont déclenché une haine raciale entre les différentes franges de la société en Mauritanie, notamment à partir de 1966. Pendant que l’État Mauritanien n’a jamais été raciste et ni esclavagiste. En 1984 – 1986, l’État a bien observé les FLAM. En 2008 – 2009, l’État a bien constaté que IRA – Mauritanie a pris un relais, qui ne se justifie pas. Ce qui nous prouve, aujourd’hui, que sur la base d’une investigation journalistique. En aucun cas, le dossier du passif humanitaire en Mauritanie, ne peut faire l’objet d’un racisme d’État.

Aussi, l’action de IRA – Mauritanie ne peut pas accuser l’État Mauritanien d’être un État esclavagiste. D’autres pistes révèlent que l’État Mauritanien est tolérant. Il est juste sur la base de plusieurs mouvements et actions qui ont terni l’image de marque de tout un peuple et de toute une patrie. On note, à titre d’exemple, le mouvement des forces de Libération Africaine de Mauritanie (FLAM) et actions de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA). De 1960 à 1966, en passant par la période de 1984 à 1993, de 2005 à 2019, l’État Mauritanien a toujours œuvré pour le renforcement de l’unité nationale, pour que chaque Mauritanien retrouve son bonheur avec l’autre (des preuves à l’appui, avec des détails précis, existent).

S’agissant de l’exécution extra-judiciaire de plusieurs centaines de soldats noirs dans différentes casernes en Mauritanie, entre septembre 1990 et février 1991. Ce dossier ne s’explique, que par une lourde responsabilité et héritage du régime de Maaouya Ould Si d’Ahmed Taya. Cette responsabilité s’explique aussi, selon, une enquête approfondie et confidentielle, par une action des pouvoirs publics, visant à protéger et à défendre la souveraineté nationale et l’intégrité du pays. C’est aussi, un dépassement pour d’autres. Un dépassement qui peut se régulariser, sur la base de nos valeurs religieuses, d’identité nationale, culturelle et par nos capacités intellectuelles. La date du 25 mars 2009 à Kaédi (Grogol) confirme la première phase.

Décryptage de la (photo) d’illustration de cet article de presse : par ses qualités humaines, par son patriotisme, par son nationalisme, par sa volonté, par son engagement, par sa détermination, par ses actions politiques et par son courage, le Président de la République SEM. Mohamed Ould Abdel Aziz a fait de tout ce qui est possible. À son arrivée, à la tête du pays (Mauritanie) en 2008, des initiatives et rencontres ont démontré sa volonté d’alléger la souffrance de ceux et celles qui se réclament victimes du passif humanitaire en Mauritanie, ou de l’esclavage. Sur la base de nos différentes pistes de recherches, certains d’entre eux (victimes du passif humanitaire ou victimes de l’esclavage) n’ont pas été reconnaissants et honnêtes avec eux-mêmes, face aux nobles actions du pouvoir de Nouakchott.

Le débat est lancé :

Pour ce faire, on retrace, le temps fort du pouvoir politique de Nouakchott de 2008 à 2019. Ould Abdel Aziz, a tout fait pour une stabilité sociale sans faille en Mauritanie. Pendant que plusieurs chefs d’État Mauritaniens avaient refusé de débattre, ou d’ouvrir le dossier du passé violent du pays (racisme ou esclavage ?). Ces chefs d’État n’encourageaient même pas, la politique de la réconciliation et de la communication pour une paix sociale durable en Mauritanie. Le pouvoir de Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi (2007 -2008) avait engagé une procédure, mais il fallait obtenir d’autres détails précis et concrets. Il n’y avait aucune base pour une liberté d’expression ou d’opinion en Mauritanie. Et d’autres aspects qui feront, la solution du passé violent du pays, une Mauritanie sécurisée et stable.

  • @ Lire plus d’infos sur : www.tvpresse.info
  • Tél & watsap : 00 222 41 83 33 92 – moudiaye8@gmail.com
  • Twitter : @moudiaye8   – Nouakchott – Mauritanie
Share

Plus d'infos dans la rubrique : Enqutes / Principaux Genres




laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *