L’indéfendable, slogan de : « État esclavagiste » en Mauritanie est de, 98 % de la haine raciale… Les cartes sont dévoilées …

Enquêtes (Piste1) : L’objectif de certains activistes des droits humains en Mauritanie, partisans d’une cause injuste, est de faire descendre toute une armée nationale et la communauté arabo-berbères du pays. La campagne d’intoxication qu’ils mènent contre toute une Mauritanie est détectée. Aussi, contre tout patriote qui ne s’aligne pas de leur côté. Le slogan de : « État esclavagiste», a fait son apparition, en 2008 et 2009. Ce slogan démontre, que le combat est fait, pour affaiblir, l’État Mauritanien, par une forte pression de l’extérieur, en l’accusant de refuser de reconnaître la persistance de l’esclavage en Mauritanie.

*- Retenez-vous bien, je souligne : « refuser ». Cette accusation contre l’État Mauritanien est fausse. Par ce que, tout simplement : « l’esclavage d’État n’existe pas en Mauritanie et l’État n’est pas raciste». Quelle est la définition de l’esclavage en Mauritanie ? Cette mauvaise pratique est un phénomène social. C’est aussi, une affaire de famille, entre « les Maures blancs et les harratines », d’une part, et entre « les halpoulars, soninkés et wolofs », d’autre part. Pendant, que l’esclavage est un phénomène mondial. En Mauritanie, les Maures blancs et les harratines constituent, une seule communauté. Ils ont toujours cohabité ensemble, pour une seule vision stratégique pour leur famille.

*- Rebondissement : Qui peut me prouver le contraire ? Aujourd’hui, à la veille de la présidentielle, 2019, en Mauritanie, Biram Dah Abeid est en connexion avec, le Parti politique « Sawab, » pour une seule vision stratégique de la communauté : «Beïdanes et harratines ». Ou se situe IRA – Mauritanie et ses différents réseaux dans le monde, face à cette fusion, IRA-Sawab ?

Pour se faire entendre, face, au monde entier, les séparatistes accusent la Mauritanie, d’être un État esclavagiste et raciste, par une campagne de dénigrement, sans relâche. Elle ne se justifie pas, chez les intellectuels. Par ce que, « l’esclavage d’État n’existe pas en Mauritanie et l’État n’est pas raciste». Dans cette campagne d’intoxication, la piste, la plus inquiétante est bien, celle d’une aile militaire qui ne dit pas son nom. Cette campagne a aussi, dévoilé une haine raciale et plusieurs autres cartes dans l’ombre et non un combat pour le respect de la dignité humaine en Mauritanie.

*- Rebondissement : À titre d’exemple, une administration publique parmi d’autres est prise en otage par des employés subalternes et les secrets d’État sont bafoués. Les traces des séparatistes sont visibles.

*- NB : Une importante piste, révèle que l’indéfendable, slogan de : « État esclavagiste » est de ; 98 % de la haine raciale en Mauritanie. Pendant que toutes les cartes sont dévoilées. Aujourd’hui, ceux qui se sentent, Mauritaniens et patriotes du pays doivent partager, l’islam comme religion. Une religion qui fait de la tolérance une loi de vie. Dans une Mauritanie, qui ne trouve sa stabilité, son progrès et son identité nationale, socialement, culturellement, politiquement, que par la langue arabe. Ceux qui sont contre ? Ne veulent se faire, que par une carte de visite et des documents visiblement, falsifiés, hors de nos frontières, pour secouer la Mauritanie.

  •  Moussa N’Diaye – Journaliste d’investigation
  • Presse & Droits de l’homme (Mauritanie)
  • @ Lire plus d’infos sur : www.tvpresse.info
  • Tél & watsap : 00 222 41 83 33 92 – moudiaye8@gmail.com
  • Twitter : @moudiaye8   – Nouakchott – Mauritanie

 

Share

Plus d'infos dans la rubrique : Enqutes / Principaux Genres




laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *