Mauritanie (sécurité), Sénégal (politique), Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad (sombrent) et la France se bat sans résultat

Voici, la traduction des grandes lignes de la sortie médiatique du journaliste d’investigation Moussa Ndiaye, dans le cadre de : « Presse & Droits de l’homme » en Mauritanie, sur les antennes de l’émission « GOLLAL-GOLLAL », en poular qui est sa langue maternelle, de la télévision Privée « Sahel TV ». Au cours de cette interview du 03 février 2019, à Nouakchott en Mauritanie, il a bordé avec son collègue, Doro Guéye dit Bobo Londé, plusieurs dossiers de leur pays.

*- Le respect des droits humains en Mauritanie : le journaliste d’investigation précise que les différents dossiers des droits de l’homme en Mauritanie peinent à trouver des solutions concrètes, notamment le conflit de 1966, ou certains exigeaient la langue arabe et d’autres protestaient, aussi, le dossier brulant de 1984 à 1993, en Mauritanie avec l’annulation de la loi d’amnistie, que réclament les victimes.

*- La Présidentielle de 2019, de la candidature du général, Mouhamed Ould Gazouani : Moussa Ndiaye, déclare que, c’est sur la base des ses informations brutes et fiables, qu’il s’exprime, ni pour faire plaisir au pouvoir en place ou pour faire fâcher, l’opposition de son pays. Il ajoute, que sur des éléments d’information liés à la sécurité, à la stabilité, à la justice sociale, à la paix civile et pour arriver à une solidarité nationale, que l’actuel ministre de la défense nationale, Ould Gazouani a été désigné par le pouvoir en place en Mauritanie.

Aussi, c’est pour sauver, protéger et poursuivre un climat de stabilité politique de la Mauritanie contre le danger qui menace la zone du Sahel, en cette année de 2019. Le slogan de cette candidature de 2019 en Mauritanie du général Ould Gazouani est bien : « Sécurité, Démocratie & Développement ».

*- La sécurité en Mauritanie : depuis, 1960, la date de l’indépendance du pays, la Mauritanie n’est pas stable. En 1966, c’est un conflit au sommet du pouvoir en place entre les cerveaux du pays, autour de la langue arabe. En 1973 et 1974, c’est la monnaie locale du pays qui fait problème. En 1978, c’est un coup d’État militaire contre un président civil. Entre 1978 et 1984, la Mauritanie a connu une série des coups d’État militaire. Entre 1984 et 1987, c’est un conflit ethnique et un coup d’État militaire manqué. En 1989, c’est un conflit entre la Mauritanie et le Sénégal.

Au début des de 1990, en Mauritanie, c’est la boucherie humaine et la loi d’amnistie de 1993, qui marquent le dossier des droits humains. En 2000 – 2001, c’est le terrorisme qui sort de son silence, s’installe et frappe la Mauritanie. Le 08 juin 2003, c’est un coup d’État militaire raté qui secoue au fond la stabilité du pays. En 2005, 2007 et 2008, deux coups d’État secouent le pays, notamment du pouvoir civil de Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi au menu de cette situation sécuritaire, quatre (4) Français ont été tué par des terroristes sur le sol mauritanien. Et, le pouvoir aujourd’hui, en place prend la situation en main de 2009 à 2019.

*- La situation actuelle des pays du G5 Sahel : au pays des hommes intègres du Burkina Faso, ils ont chassé, Blaise Campaoré, en l’accusant d’être dictateur. Aujourd’hui, le pays sombre dans l’insécurité. Au Niger, depuis la disparition de feu Seyni Kunthé, le pays est à genoux. Au Mali, Amadou Toumani Touré a sauvé le pays et a fait deux (2) mandats présidentiels. Ils lui disent que, ça suffit avec ses deux mandats. Le résultat, le Mali est aujourd’hui, dans le KO, sans solution.

Au Tchad et sa situation sécuritaire, seul Idriss Deby Itno qui se bat contre les ennemis et adversaires invisibles. En Mauritanie, tout ce qui se fait autour de deux mandats, d’Ould Abdel Aziz, une partie veut, que la Mauritanie fasse une chute libre, après une stabilité, ferme de dix (10) ans, depuis son indépendance en 1960.

*- Mauritanie et les nominations politiques du pouvoir d’Ould Abdel Aziz : au cours de cette émission le journaliste d’investigation Mauritanien, n’affirme pas, que les nominations administratives soient discriminatoires. Il l’explique par plusieurs facteurs, notamment politique et de l’amateurisme. Il ajoute, dans son pays, qui est la Mauritanie, il n’est pas d’accord avec certaines nominations des directeurs généraux (gestion des ressources publiques), des ambassadeurs (diplomates) et des ministres (membres du gouvernement).

*- La Présidentielle au Sénégal : entre le président sortant Macky Sall et Aissata Tall Sall, le journaliste Moussa N’Diaye, dit qu’il a toujours apprécié Mme Aissata Tall Sall, dans son combat. Elle est une femme battante sur le terrain et de référence de haut niveau, ajoute- il. L’investigateur explique, que si, Mme Aissata Tall Sall a fait son choix, à coté de Macky Sall. C’est dans le cadre de la solidarité nationale, vu la situation politique de son pays. Elle est intellectuelle et intelligente.

Elle sait la situation du PDS et du PS au Sénégal, alors, il sera plus facile pour elle de contribuer à la stabilité de son pays en ralliant le candidat de qualité, qui est Macky Sall, que d’aller seule. C’est ainsi donc le journaliste d’investigation Mauritanien s’explose avec des rires, qui démontrent que Macky Sall est un homme de poids, de conviction et de qualité.

*- plusieurs autres sujets sur l’actualité en Mauritanie, étaient sur le plateau de cette émission hebdomadaire, notamment la qualification de la Mauritanie aux phases finales de la coupe d’Afrique des Nations de football, Égypte 2019, le journaliste Moussa N’Diaye a fait le début de sa carrière en presse sportive en arabe sur les antennes de la télévision de Mauritanie, de 1994 à 2008 en langue arabe, qui n’est pas sa langue maternelle. Aujourd’hui, professionnel des médias, activiste dans ‘’Presse & Droits de l’homme, depuis 2016  » et référence en journalisme de haut niveau. Il répond à une question sur le football de son pays.

Moussa déclare, que souvent la conviction, la nostalgie, l’affection, l’amour de la patrie, ses meilleurs moments et l’ambiance de la famille sportive reviennent. Mais, avec les différents dossiers qu’il traite. Il sera difficile pour lui, de reprendre, au début de son émission « Seyidati, Awanissi wo Sadatti, et enfin, Moussa N’Diaye : « You Hayikoume, wo Salemou-aleykoume ». Il dit, il est nécessaire que la fédération mauritanienne de football et le ministère de la jeunesse et des sports accordent une importance particulière à la presse sportive, affirmant que sans les journalistes sportifs professionnels, rien ne peut se faire, avec qualité.

A cliquer, ou à copier pour lire ce lien : https://www.youtube.com/watch?time_continue=16&v=M1Z7HbLCr0Q

  • @ Lire plus d’infos sur : www.tvpresse.info
  • Tél & watsap : 00 222 41 83 33 92   – moudiaye8@gmail.com
  • Twitter : @moudiaye8   – Nouakchott – Mauritanie
Share

Plus d'infos dans la rubrique : Actualités




laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *