Les vrais patriotes ne sont, que ceux qui dénoncent et combattent le racisme d’État, la discrimination raciale et l’esclavage

Mauritanie : Il a traversé des moments difficiles pour sauver sa vie et celle de ses compatriotes pris en otage dans leur village et sur l’ensemble du territoire national, Kaaw Touré a toujours été convaincu de sa lutte, depuis, son enfance. Parce qu’il a vu, vécu, entendu et victime, de toute sorte des pratiques discriminatoires. Aujourd’hui, les preuves à l’appui s’accumulent. Il est temps que le monde entier sache et ouvre les yeux sur cette bataille, qui se fait en Mauritanie, pour plus de respect de la dignité humaine. Dans leurs discours, les défenseures des droits humains n’ont ni créé l’esclavage en Mauritanie et ni inventé la haine et le racisme d’État.

Ils dénoncent, le cas des militaires mauritaniens arrêtés, torturés et exécutés sommairement en 1990. Pendant que la prière de 2009 à Kaédi, ne détermine pas encore, les doléances des victimes. M. Touré précise : « Nous nous engageons solennellement à ne ménager aucun sacrifice pour la pleine réalisation d’une Mauritanie égalitaire et démocratique, débarrassée définitivement de l’esclavage et du racisme, unie dans sa diversité, riche de toutes ses cultures épanouies, assurant à toutes ses citoyennes et à tous ses citoyens des mêmes droits ». Alors, nier une réalité, déjà visible en Mauritanie, ne fait que renforcer des preuves à l’appui et même au-delàs des frontières. Au moment, où certains responsables politiques du pays se sentent visés, par une lourde responsabilité :

« Si hier on pouvait encore parler de marginalisation ou d’exclusion des noirs en Mauritanie. Aujourd’hui, on assiste à une épuration totale de la composante négro mauritanienne, dans les instances du pouvoir et de décision au sein de l’administration, de l’armée dans les médias, la diplomatie, le secteur économique, les Banques, les fait sont têtus ». Ces faits ne sont, que quelques cartes qui se jouent dans l’ombre, où certains racistes et haineux du pays ne cachent plus, leurs visages pour ce faire, avec les mauvaises pratiques. Par sa lutte continue l’homme de «Bilbassi– Djowol Saare», s’est transformé à une bibliothèque nationale. Aujourd’hui, il décrypte sans faille la situation de son pays.

Le porte-parole des forces progressistes du changement (FPC), ex- Forces de libération africaine de Mauritanie (FLAM), se spécialise dans le domaine de la diversité culturelle, pour dire, que : « Construire l’unité nationale, lutter contre le racisme, ce ne pas un simple slogan, ce ne pas une promenade dans les ruelles de Nouakchott, ce ne pas un mot. C’est un comportement. L’unité nationale, c’est une politique de justice, d’équité et d’égalité entre toutes les composantes nationales. ». Quant à la journée du 9 janvier 2019, à Nouakchott, Kaaw Touré, s’explique : « Elle n’est qu’une marche des chacals et de la honte. S’il y a, un haineux à dénoncer et à mettre au banc des accusés, c’est bien l’État raciste, et son gardien du temple, en l’occurrence le président putschiste Mohamed Ould Abdel Aziz ».

  • @ Lire plus d’infos sur : www.tvpresse.info
  • Tél & watsap : 00 222 41 83 33 92   – moudiaye8@gmail.com
  • Twitter : @moudiaye8   – Nouakchott – Mauritanie
Share

Plus d'infos dans la rubrique : Opinions




laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *