La référence, No : xxxxxxxx, du xx/xx/xxxx, prouve que ce jeune Mauritanien et sa famille sont victimes du racisme et de l’esclavage

Conscients de la gravité et de la persistance du racisme, de l’esclavage et de la malhonnêteté intellectuelle en Mauritanie, à chaque jour que le soleil se lève, on rencontre un cas, parmi d’autres qui révèlent que le dossier des victimes du passif humanitaire, de la haine, de la torture et du racisme d’État d’Ould Taya de 1984 à 1987 et à 1992, reste encore à trouver des solutions définitives en Mauritanie. Le dossier est loin, d’être réglé. Pendant que les victimes réclament justice en annulant, la loi d’amnistie de juin 1993. Cette annulation sera la première phase vers, un règlement définitif du dossier.

Pour vous dire, que la prière de Kaédi, du 25 mars 2009, en aucun cas ne peut clôturer, le dossier d’exécutions et d’injustices dont ont été victimes des noirs de Mauritanie. En se référant aux différents angles et réalités de ce dossier. On constate que, ce qui a été fait pour les victimes ne représente que 2% de leurs doléances. La photo d’illustration, de cet article, fait l’objet d’un cas social en Mauritanie. Un cas qui se déroule, sous les yeux des hautes autorités du pays. Résultat : le mal, qui a été fait, contre les noirs de Mauritanie, depuis, avant et après l’indépendance, persiste encore sur le sol national.

Ce qui fait que, l’image de marque, que la Mauritanie a, face au monde entier. C’est un pays raciste, esclavagiste, terroristes et voleurs des personnes et de leurs biens. Si, les USA de Donal Trompe sanctionnent le gouvernement Mauritanien, pour le non-respect des principes des droits humains. C’est par ce que, l’Amérique (USA), qui lutte contre les mauvaises pratiques a parfaitement, compris, le plus petit, détails et le contenu des différents dossiers des droits humains en Mauritanie. Sur cette piste, des faits ont démontré, que le détenteur de notre photo d’illustration, est victime d’une injustice et du racisme dans l’exercice de ses fonctions. De même, que son père a été identifié, parmi les victimes du pouvoir raciste d’Ould Taya, entre 1984 à 1992.

Annoncé malade, depuis quelques années en Belgique, la femme supposée d’être la mère de ce jeune Mauritanien est aussi, victime de toutes les pratiques racistes et esclavagistes, de calomnies, du blocage et tout acte qui porte atteinte à la dignité humaine. La référence, No : xxxxxxxx, en date du xx / xxxx, prouve que la famille de ce jeune Mauritanien et le nom que porte sa maman sont des indicateurs, qu’ils sont victimes du racisme et de l’esclavagiste en Mauritanie. L’histoire de cette famille a été bien remontée. Ce cas, qui est, un parmi d’autres doivent être pris, au sérieux et en référence, par toutes les organisations de défense des droits humains. Ce qui fait, qu’aujourd’hui, que personne ne peut nier, la pratique du racisme, de l’esclavage, de la malhonnêteté intellectuelle et du banditisme déguisé en Mauritanie. C’est une réalité. … Dossier à suivre …

  • @ Lire plus d’infos sur : www.tvpresse.info
  • Tél & watsap : 00 222 41 83 33 92   – moudiaye8@gmail.com
  • Twitter : @moudiaye8   – Nouakchott – Mauritanie
Share

Plus d'infos dans la rubrique : Opinions




laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *