Une jeune fille blanche au milieu des enfants (Haal Poular) a été identifiée du viol du pouvoir raciste et haineux d’Ould Taya

Sur cette photo d’illustration, on peut lire, votez, les réalisations de Ould Taya à travers sa formation politique, le PRDS (Parti de la République pour le Développement des Smacides). Parmi ces réalisations, on enregistre : des dizaines et des dizaines d’enfants (toutes blanches) issues du viol individuel et collectif, du pouvoir raciste et haineux d’Ould Taya de 1984 à 1992 ont été identifiés, dans la région du fleuve au Sud de la Mauritanie, notamment dans le milieu de Haal Poular. D’autres cas, plus sérieux et plus sensibles doivent faire, aujourd’hui, l’objet d’un travail de fond, pour que le dossier du passif humanitaire, en Mauritanie, notamment de 1989 à 1991, trouve une solution définitive, au bonheur et pour le respect des victimes.

Massacre collectif ou tacle individuel, réfugiés Mauritaniens en Afrique, en Europe, au Canada, aux USA et partout dans le monde, notamment, réfugiés Mauritaniens au Sénégal et au Mali, expulsés, déplacés, marginalisé ou déportés à partir des villages et localités qui s’ouvrent sur le Mali et sur le Sénégal, à partir de la Mauritanie ont subi toute sorte d’injustice et d’humiliation avec le pouvoir de l’injustice raciste et haineux d’Ould Taya. En approfondissant, ce qui a été fait comme dépassement contre les noirs de Mauritanie. Un être humain ne peut pas l’imaginer. Des preuves à l’appui et témoignages ne manquent pas, dans notre monde d’aujourd’hui.

Les événements de, 1989 et 1991, ne se justifient aujourd’hui (Octobre 2018) que par le pouvoir haineux d’Ould Taya. Cet État raciste n’avait, pour objectif, qu’anéantir toute une ethnie (Haal Poular) et noirs de Mauritanie dans leur fierté, tout en déstabilisant, le Mali et le Sénégal, pour un intérêt égoïste et inhumain. Sur les exactions commises par le pouvoir d’Ould Taya, dans plusieurs régions, villes, villages et autres localités, dans la région du fleuve, restent aujourd’hui, visibles. Face, à l’humanité, Ould Taya, ses proches parents et ses hommes de confiance d’hier, sont indéfendables. Ils doivent répondre à leurs actes et mauvais comportements.

Ces actes inhumains du pouvoir raciste de l’État d’Ould Taya confirment ce que dénonçaient les combattant et défenseurs des droits humains, pour trouver des solutions et sans condition, comme souhaitent les victimes du passif humanitaire en Mauritanie. Pendant qu’on qualifie, la Mauritanie d’aujourd’hui, un pays, ou la liberté d’expression bat son record. Il est bon de préciser, que les intellectuels du pays, avaient bien pris depuis et avant l’indépendance, l’initiative pour assurer une vie digne aux noirs de Mauritanie. La vie est un combat, seuls les faiblard se découragent.

Au pouvoir, depuis le 12 décembre 1984, plusieurs pistes démontrent, aujourd’hui, qu’Ould Taya n’a jamais été pour l’intérêt de la Mauritanie et de son peuple. Il n’a jamais été pour la cohabitation, pour l’unité et la fraternité, pour la paix sociale et pour une solution durable de tous les conflits internes, entre les différentes franges de la société. Ould Taya n’avait comme référence, que : faire tomber la Mauritanie entre les mains des terroristes (Jihadistes) en affaiblissant l’armée Nationale, les forces de l’ordre public et de sécurités. Dans sa culture et principes, Ould Taya, cultivait le racisme, monter une communauté contre une autre dans la haine, renforcer, aider, soutenir, financer, orienter, accompagner le tribalisme, le clanisme et le banditisme déguisé pour anéantir toute, une communauté noire de Mauritanie.

  • @ Lire plus d’infos sur : www.tvpresse.info
  • Tél & watsap : 00 222 41 83 33 92   – moudiaye8@gmail.com
  • Twitter : @moudiaye8   – Nouakchott – Mauritanie
Share

Plus d'infos dans la rubrique : Actualités




laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *