Chauffeur apprenti converti dans les affaires … il fuit le 8 juin et le 3 août à l’étranger … Ould Taya n’a pas un parent sincère

L’homme du pouvoir raciste en Mauritanie de1984 à 1992, Maouya Ould Si d’ahmed Taya a été cité dans sa gestion des ressources publiques, comme référence : orchestration, supervision et feu vert de tous les détournements. Sur la même ligne, on enregistre ; Organisation et encadrement du processus de faillite et de déliquescence de l’État, détournement, surfacturation, fausses déclarations, fausses factures, complicité, trafic d’influence, faux et usage de faux. D’autres victimes de ces mauvaises pratiques précisent que leurs droits ont été arrachés avec violence et agressivité (Sénégal – Mauritanie) en 1989, par Ould Taya et ses hommes de confiance.

Aussi, entamer une poursuite judiciaire contre, ceux qui ont frappé la Mauritanie et innocents citoyens était presque, inimaginable. Aujourd’hui, en Mauritanie et sur le plan international, c’est bien possible. Parmi, ceux qui ont été identifiés avec leurs missions, activités et actions, pour se faire de l’argent sans aucun effort intellectuel et ni œuvrer pour que la Mauritanie se développe, au profit de son peuple. On retrouve sur plusieurs pistes, les précisions suivantes : services payés détournés, caisses noires illégalement utilisées, des biens immobiliers et des centaines de millions de dollars volés à l’État. De qui, exactement, Il s’agit ?

La protection qu’Ould Taya avait donnée de 1984 à 2005, à ses hommes de confiance, à ses proches parents et autres révèle : des milliards volés à la garde Nationale et à la SONELEC. De qui, s’agit-il ? D’autres ont fait couler leurs administrations publiques, institutions civiles et militaires, avec vol systématique des fonds, notamment de l’armée Nationale, rations, carburants, enrichissement illicite, grâce au trafic d’influence et aux relations douteuses avec Ould Taya et ses proches parents. Pillage des ressources halieutiques, falsification du cachet du trésor, détournement et complicité dans les détournements des projets financés par des bailleurs de fonds extérieurs, Ould Taya, aura à se justifier.

Un proche parent de cet homme foncièrement raciste et haineux a été cité comme référence. Il est parti d’apprenti, devenu en temps-record, milliardaire grâce au détournement des biens de l’État, la complicité avérée et trafic d’influence et des devises, de l’aéroport de Nouakchott (Mauritanie) vers Paris (France), Las Palmas (Espagne), Bruxelles (Belgique) et Dakar (Sénégal). Aussi, une autre piste révèle, d’un détournement, complicité, mise en faillite délibérée de la compagnie aérienne d’AIR MAURITANIE et non paiement des impôts, faux marchés de véhicules de la CODIMEX à l’État surfacturation par milliards et mise en faillite du crédit agricole avec complicité.

Sous la protection du pouvoir raciste,  tribaliste et régionaliste d’Ould Taya, de 1984 à 2005, un analphabète est devenu en temps-record, le premier propriétaire d’immobiliers en Mauritanie avec toutes les grandes et imposantes Gazra de parc public et trafic d’influence de tous genres. Ce pouvoir en banditisme déguisé en Mauritanie a tout innové pour ses proches parents et à sa tribu. Mais, au retour, ont-ils rendu l’ascenseur ? Sur cette piste, on note, détournement des projets publics et des gros projets d’infrastructures, non-paiement des imports, dilapidation, bradage d’entreprises étatiques (SMAR, SAM, Air Mauritanie), falsification de bilan, fausses déclarations en douanes, contrefaçon des médicaments, monopole illégal des importations des médicaments et mise en faillite délibérée de la PHARMARIM.

  • @ Lire plus d’infos sur : www.tvpresse.info
  • Tél & watsap : 00 222 41 83 33 92   – moudiaye8@gmail.com
  • Twitter : @moudiaye8   – Nouakchott – Mauritanie
Share

Plus d'infos dans la rubrique : Actualités




laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *