Les victimes du 28 pendus d’Inal, les fosses communes de Sory Malé et autres … Ould Taya est responsable de ses actes

L’honneur appartient à ceux qui jamais ne s’éloignent de la vérité, même dans l’obscurité et la difficulté. Ceux qui essayent toujours et qui ne se laissent pas décourager par tentative d’assassinat, menaces de mort, agressions, diffamation, insultes, humiliation ou même une défaite préliminaire. Si, elle faisait face aux combattants de la justice sociale et de la liberté d’expression en Mauritanie. Pendant, ce temps, veuves, orphelins et victimes des actes de torture et d’exécutions extrajudiciaires du racisme d’État, continuent de pleurer. Ils réclament que justice soit faite.

Aussi, ils exigent, que l’État Mauritanien, leur dise où ont été enterrés leurs maris, pères, frères et camarades. Sur cette piste, on constate que, plusieurs plaintes ont été déposées contre le pouvoir raciste d’Ould Taya de 1992 à 1984. Alors, Il est temps de finaliser, toutes ces tentatives et opérations. L’objectif est de mettre la main sur un homme foncièrement raciste et haineux. Il s’agit de : Maaouya Ould Sid Ahmed Taya et tous ceux qui ont ordonné ou mis la main à l’horreur du passif humanitaire en Mauritanie.

En février 2018, nous avons appris, lu et compris que ya des efforts, pour faire payer, Ould Taya ses mauvaises intentions et actes du racisme d’État, de 1984 à1992. Un extrait indique : « Nous continuons à nous battre pour traduire Taya devant la justice internationale ». Le soutien et la détermination de notre avocat à Bruxelles, que nous avons rencontré, nous rassurent et que ce combat est long. Donc, l’AVOMM aura besoin d’un soutien sans faille, pour que tous ensemble nous le gagnions.

Visiblement, Les Victimes des années noires d’Ould Taya ne baissent pas, les bras. En 2012, on découvre qu’un réfugié mauritanien naturalisé Belge, Idy Yero, a déposé à Bruxelles une plainte contre l’ancien président Ould Sid’Ahmed Taya pour crimes contre l’humanité. Le plaignant est un ancien officier de la Marine mauritanienne. Il a été victime de tortures et d’humiliations en 1990 après avoir été arrêté et conduit à la base militaire d’Inal. Et, la suite de ce dossier ? On’ est en septembre 2018. On veut plus d’efficacité et d’engagement.

En mai 2007, des Mauritaniens résidant aux États-Unis portent plainte contre Ould Taya pour crimes contre l’humanité, tortures et crimes de déportations. En mai 2006, la justice belge juge recevable une plainte « pour crimes de tortures et crimes contre l’humanité  » contre Maaouya Ould Sid Ahmed Taya, déchu de la présidence de la République, par le coup d’État du 05 août 2005. Auteur de la plainte : l’association des veuves et orphelins des militaires mauritaniens, victimes de la répression du régime d’Ould Taya, (AVOMM).

Le premier juillet 2005, suite à une plainte de citoyens mauritaniens vivant en France, la cour d’assises du Gard de Nîmes condamne, par contumace, pour acte de torture dans son pays, le capitaine Mauritanien, Ély Ould Dah, à dix ans de réclusion criminelle. On cherche la suite de ce jugement. Ce jugement ne doit pas empêcher les autres de prendre le même chemin. Car, l’objectif est de rendre justice, aux victimes du 28 pendus d’Inal, en valorisant les fosses communes de Sory Malé, en mettant en exergue les centaines d’exécutions extrajudiciaires et plus de visibilité des déportations massives de Mauritaniens vers le Mali et le Sénégal.

  • @ Lire plus d’infos sur : www.tvpresse.info
  • Tél & watsap : 00 222 41 83 33 92   – moudiaye8@gmail.com
  • Twitter : @moudiaye8   – Nouakchott – Mauritanie
Share

Plus d'infos dans la rubrique : Actualités




laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *