Pourquoi, Ould Taya a quitté son État raciste en 2005 … l’investigateur journaliste Mauritanien est accusé d’être à l’origine

Suite : Investigation & confirmation du racisme d’État en Mauritanie, de 1984 à 1992 :

Bâtiments de service délabrés, équipements militaires qui ne répondaient plus, aux normes d’une intervention rapide et efficace. Officiers climatiseurs, officiers de la capitale et Kébétt Snadraa, officiers qui rejetaient toute intervention militaire dans le désert Mauritanien. Pour eux, jamais n’abandonnent leur vie en rose, à Nouakchott ville. Officiers avec des voitures luxes et de l’argent du peuple héros. Pendant ce temps, d’autres officiers se bouffaient entre eux avec rancune, pour arracher des pâtisseries et épiceries garnies des produits alimentaires périmés.

Une Armée du pouvoir raciste d’Ould Taya, sous le commandement des hommes civils et politiciens voleurs de l’argent des pauvres fonctionnaires  de l’Etat. Une Armée avec des soldats, sous-officiers et officiers de permanence qui ne mangeaient pas à leur faim dans leurs casernes. Ils sortaient et abandonnaient leurs activités professionnelles, à la recherche de leur nourriture, et (H) des voisins, notamment dans les quartiers populaires de Nouakchott. Certains voisins venaient, même au secours de nos soldats et agents de police d’Ould Taya. Ces hommes en uniforme avaient faim et ne pouvaient pas tenir.

Pendant que leurs officiers supérieurs, étaient sous des climatiseurs aux Bureaux, dans leurs voitures luxes, en « Toyota VX ». Et, à domicile, c’était de la fête. Une autre fête est célébrée, à tout moment et sans relâche, dans d’autres coins de la ville de Nouakchott. Un citoyen bien averti ne pouvait pas imaginer, un certain rythme de vie, dans un pays islamique. Ceux qui ont fait quitter Ould Taya, de son pouvoir raciste en 2005, sont ses proches parents, ses officiers de confiance, devenus aujourd’hui, inaptes et orphelins, ses hommes d’affaires et ses camarades de lutte et de combat.

Pourquoi Ould Taya a quitté son pouvoir raciste en août 2005 ? Parce que, la Mauritanie était dans une situation catastrophique et inexplicable. Elle allait s’écrouler par, les mauvaises intentions et hommes de confiance (racistes et haineux) du pouvoir. Ils étaient inaptes. Ils ne pouvaient plus, faire face à l’insécurité qui pesait sur la Mauritanie, notamment au Nord du pays et à l’Est, face au Mali voisin. Au Sud, le Sénégal observait, cette situation avec le plus petit détail. Pendant que la sécurité présidentielle, les différents états-majors (sécurités), de la gendarmerie, de l’Armée et de la Garde étaient paralysés.

En, juin – juillet et Août 2005, plusieurs observateurs s’inquiétaient de la stabilité de la Mauritanie. Pour faire face, à cette situation catastrophique, le cerveau et stratège du pays avec ses officiers inaptes, aujourd’hui orphelins réfléchissaient pour, un plan d’exécution, en vue de sécuriser l’ensemble du territoire national. … Résultats : les chefs d’état-major de l’armée, Colonel Elarbi Ould Sidi Aly, de la gendarmerie, Colonel Sidi Ould Riha, de la garde nationale Colonel Ainina Ould Eyih et les Colonels, Sidi Mohamed Ould Elvaida (commandant du bataillon parachutiste) et Cheikh Ould Chrouf (commandant du bataillon des commandements et services) sont entre les mains des hommes du pays.

  • @ Lire plus d’infos sur : www.tvpresse.info
  • Tél & watsap : 00 222 41 83 33 92   – moudiaye8@gmail.com
  • Twitter : @moudiaye8   – Nouakchott – Mauritanie
Share

Plus d'infos dans la rubrique : Actualités




laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *