Mauritanie, de 1984 à 1992 : le pouvoir d’Ould Taya n’était que raciste, violent agressif et inhumain contre les noirs du pays

Investigation journalistique (deuxième phase) : la première phase qui était : « Le racisme d’État n’existe pas en Mauritanie et l’État n’est pas esclavagiste » est close, comme lancement et point de départ. Place maintenant, à la deuxième phase, que je lance à partir, de ce jeudi 27 septembre 2018. À savoir que, c’est un dossier d’investigation journalistique, dans le cadre de, « Médias et Droits de l’homme » en Mauritanie. Le thème de cette deuxième phase qui complète, les résultats de la première phase est :

« Mauritanie, de 1984 à 1992 : le pouvoir d’Ould Taya n’était que raciste, violent, agressif, haineux extrémiste et inhumain contre les noirs du pays ». Avec ce thème, plusieurs pistes se dégagent et alimentent un débat constructif, riche et varié entre, les victimes du pouvoir raciste d’Ould Taya de 1984 à 1992 et ceux qui veulent étouffer ce dossier, sans aucune raison. Sur cette piste, les victimes précisent, ce qui suit :

« les années ont passé mais la douleur de leur absence est toujours aussi vive. Quelques-uns des hommes tombés en 1987/1991, sur l’autel de : – la folie raciste et meurtrière du pouvoir génocidaire du colonel Taya ».

Sur la base des résultats de la première phase de nos investigations, on décrypte que les victimes du pouvoir raciste et fragile d’Ould Taya ont franchi une étape importante dans leur combat pour que, le dossier dit : « Passif humanitaire» et autres dossiers puissent, situer les responsables des exécutions extrajudiciaires de militaires noirs de Mauritanie en 1990 et 1991. Aussi, victimes et ayant droit exigent, une justice sociale, leurs droits et punition, en situant toutes les responsabilités.

Une autre piste, où les victimes s’accrochent et refusent de céder leurs dossiers sans aucune raison est d’annuler, la loi d’amnistie de juin 1993, couvrant les présumés auteurs de ces exactions en Mauritanie.

Il est à noter, que la première phase de cette enquête sur les droits de l’homme en Mauritanie a été lancée à Dakar, au Sénégal, en mai 2016, à travers, le site web TV de : www.tvpresse.info Pendant que certains intellectuels de la communauté noire de Mauritanie, dans leurs slogan luttaient contre, le racisme d’État et d’autres dénoncent l’esclavage d’État. Et, vu la situation des droits de l’homme en Mauritanie, souvent, elle se porte bien et souvent, elle est catastrophique. Il est de mon devoir (journaliste) de permettre aux parties concernées de s’exprimer librement en donnant, plus de visibilité à ce dossier, pour une paix sociale sans faille et durable en Mauritanie.

  • @ Lire plus d’infos sur : www.tvpresse.info
  • Tél & watsap : 00 222 41 83 33 92   – moudiaye8@gmail.com
  • Twitter : @moudiaye8   – Nouakchott – Mauritanie
Share

Plus d'infos dans la rubrique : Actualités




laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *