Je découvre une génération ratée, droguée et criminelle, face à des hommes, (femmes et filles pilleuses) sous les yeux des vieux délinquants …

Ils ont raté leur vie. Pendant, que la vie était belle et facile. Aujourd’hui, c’est une génération ratée, filles et femmes pilleuses sans gène, face à des vieux délinquants incapables. Alors, ils ne vont jamais arriver. Par ce qu’ils ont fait un faux départ (départ chèvre – arrivée âne). Aussi, parce qu’ ils sont foncièrement racistes et méchants. Tout ce qui est blanc, ils n’aiment pas. Ils sont haineux, violents, agressifs et vulgaires.

Ils et elles ont toujours menti, dans leur vie. Si, Moussa N’Diaye (photo d’illustration de cet article), qui est aussi, un journaliste d’Investigation de Mauritanie avait accepté de brandir le slogan de l’opposition politique, du racisme et de l’esclavage en Mauritanie, sous les yeux des autres. Il vivra aujourd’hui, dans le faux et usage de faux. Lorsque, Moussa N’Diaye a voulu montrer son arabité (HaaL Poular d’origine) et ses capacités intellectuelles au monde arabe. Il s’est rendu en Syrie, pour évaluer son niveau d’études en arabe et de ses capacités professionnelles et intellectuelles.

De Damas, Moussa N’Diaye revient dans son pays natal, la Mauritanie de cœur et de sang, tout propre et blanc. Il remmène avec lui, une référence de haut niveau. Cette référence prouve, qu’il est journaliste en dominant de très loin, ses confrères venus de la Ligue arabe. Zémil Moussa N’Diaye, connu par ses fidèles téléspectateurs, sous le nom de : »You Hayikoume »a dit pendant que tout le monde blouse : « ça ne suffit pas encore, apprendre et encore apprendre, pour dénoncer et fatiguer les malhonnêtes et ceux qui font sous ses yeux, de l’amateurisme et du banditisme déguisé.

Aussi, lorsque Moussa NDiaye, a voulu prouver son savoir-faire, dans le domaine du journalisme, face aux experts, Égyptiens, Français, Marocains et autres. Il s’est rendu à « Oumou Dounya », en Égypte, en tenant tête au, Le Caire, d’Ahssane –Enass. Aujourd’hui, Journaliste d’Investigation, entant que, l’enfant du Fouta-Toro et référence religieuse de Fouta Torobés, il prouve avec efficacité son bilinguisme en journalisme de la polyvalence, (Arabe & Français), pendant, que sa langue maternelle est bien HaaL Poular.

Moussa, n’est qu’un marabout et thierno guerrier. D’Égypte, Il revient dans sa famille, sans revenir avec une femme Égyptienne (arabe blanche), comme les autres HaaL Poular arabisants Mauritaniens d’Égypte avaient fait (Zik-saa).  Ils sont et étaient ses ainés. Ils ont laissé leur fouta Toro pour des études, en Égypte. Certains sont revenus avec des femmes arabes + enfants et d’autres sont perdus dans la nature. Moussa est conscient de ce qui l’avait amené au Caire en Égypte et ce qui l’attendait, devant lui en Mauritanie.

C’est quoi ? ….

Revenir dans son pays d’origine, pour appliquer ce qu’il a appris, avec dignité en toute liberté. Aujourd’hui, sur ses pistes en reprenant et appliquant les ABC et techniques de ses formations en journalisme. L’investigateur, Moussa N’Diaye, découvre une génération de drogues, d’alcool et des crimes. De l’autre côté, il campe le décor sur, des vieux délinquants incapables, face à des femmes et jeunes filles pilleuses. Quelle honte pour l’humanité ? Pour ceux qui doivent vivre heureux, dignes et crédibles en prenant comme référence, le respect de la dignité humaine.

  • @ Lire plus d’infos sur : www.tvpresse.info
  • Tél (watsap) : 00 222 41 83 33 92   – moudiaye8@gmail.com
  • Twitter : @moudiaye8   – Nouakchott – Mauritanie
Share

Plus d'infos dans la rubrique : Plus d'Infos




laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *