Le G8 et autres partis politiques constituent – ils une menace pour le pouvoir en place en Mauritanie ? Visiblement : Non

En jouant toutes les cartes politiques en Mauritanie du G8, du FNDU et plusieurs autres formations politiques qui s’opposent au pouvoir d’Ould Abdel Aziz et le gouvernement d’EL Moheindiss Ould Hademine, (notre photo d’illustration). La participation de l’opposition Mauritanienne aux prochains scrutins du pays, d’ici septembre 2018, ne constitue aucune menace pour le pouvoir en place. Pour quoi ? … Par ce que tout simplement, l’opposition Mauritanienne est perdante à l’avance. Elle revient pour vouloir réduire l’écart et pour faire visiblement, triompher la haine.

Depuis quelques années, cette opposition  ne faisait que de la comédie politique face à un peuple de paix, de stabilité et de la tolérance. Pour décrypter toutes ses cartes, on vous informe que l’opposition Mauritanienne a annoncé récemment sa participation aux prochains scrutins municipaux, législatifs et régionaux. Cette participation face au pouvoir en place, illustre un échec de toute une opposition, depuis le début ses années 1990.

Aujourd’hui, ceux qui font la force de l’opposition en Mauritanie sont des indépendants issus du pouvoir d’Ould Taya, à l’époque du PRDS. Les forces progressistes pour le changement (FPC non reconnus) de l’ancien FLAM, depuis leur retour au bercail, ils ne sont que des séquelles de la souffrance humaine dans leur propre pays. Le RFD d’Ahmed Ould Dadah, toujours opposant et encore opposant. Par ce que la Mauritanie doit revenir entre les mains du 28 novembre 1960. L’IRA de Biram Dah Ould Abeid (non reconnu), Il doit être reconnu comme mouvement pour le respect de la dignité humaine.

L’UFP de Mohamed Ould Mowloud et ses cerveaux politiques ne font aucune lutte sérieuse pour l’intérêt de la patrie. L’APP de Messoud Ould Boulkhair, visiblement négocie dans l’ombre pour son prestige politique.  Les syndicalistes et dockers de Samory Ould Beye n’ont aucune stratégie pour décrocher leurs propres droits en toute discrétion. L’AJD/ MR, de notre Mandela local, doit comprendre que le slogan d’apartheid d’Afrique du Sud en Mauritanie n’a jamais secoué le pouvoir en place et ni d’Ould Taya à l’époque.  L’ADIL d’Ould Waghef, visiblement se sucre avec les indemnités de Zik-ssaaa, comme Premier ministre.

Les musulmans politiciens de Tawassoul, pour eux, ils sont plus Mouslim que les autres Mauritaniens, par ce qu’ils récitent quelques versets du Saint Coran dans leurs provocations.  Le jeu politique de contre pédale d’EL Wiaam ne se contente, aujourd’hui que d’occuper des postes de DAF (Direction administrative et Financière) dans l’administration publique et dans les chancelleries diplomatiques du pays, en suivant avec intelligence, l’évolution des différents dossiers de la CNAM. Face à cette situation le pouvoir en place, les sympathisants et adhérents à l’Union pour la République (UPR), avec la fidélité de leur base électorale, feront regretter l’opposition Mauritanienne de son retour sur le terrain politique.

Aussi, il est à noter que toutes ces formations politiques de l’opposition en Mauritanie et parti dialoguiste d’Arc-en-ciel, à titre d’exemple l’engament et de la détermination de ‘’ Tonton – Ballas  » sont et resteront inefficaces sur le terrain politique face au pouvoir en place. S’ajoute à cet échec, la haine qui ne cesse de gagner un terrain glissant entre les bassistes, les nasséristes, les islamistes politiciens, les défenseurs de la cause négro-africaine, les militants antiesclavagistes et plusieurs autres analphabètes Mauritaniens. Tous s’accrochent à des slogans de lutte, sans qu’ils sachent de quoi, il s’agit.  … À suivre sur : www.tvpresse.info

  • Tél : 00 222 41 83 33 92  – moudiaye8@gmail.com
  • Twitter : @moudiaye8  – Nouakchott – Mauritanie
Share

Plus d'infos dans la rubrique : Actualités




laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *