Les principaux responsables de ce que dit Biram Dah Abeid et les insultes de Kaaw Touré contre la Mauritanie ne sont que des Mauritaniens

L’annulation de deux conférences de presse des acteurs des droits humains sur la situation politique et des droits humains en Mauritanie récemment à Dakar au Sénégal, n’est qu’une preuve à l’appui. Cette preuve prouve aujourd’hui, que certains hauts responsables en Mauritanie ont toujours, voulu que Biram Dah Ould Abeid dans sa campagne de dénigrement à l’extérieur, se défoule sur la Mauritanie, sur le pouvoir politique d’Ould Abdel Aziz et sur la communauté de « Beïdanes ».

Les cartes de Biram Dah Abeid contre la personne d’Ould Abdel Aziz et de son pouvoir politique ont été toujours ignorées. Pour quoi, aujourd’hui on veut parler et accuser certains ? Portant, les cartes de Biram Dah Abeid à l’époque perturbaient la stabilité et la paix sociale en Mauritanie. Elles ternissaient aussi, l’image de marque de toute une Mauritanie et certains noirs de Mauritanie. Mais quand même, elles faisaient le bonheur de certains Mauritaniens. Monsieur Seydi Gassama, directeur d’Amnesty International au Sénégal :

« Si le Président Ould Abdel Aziz et son régime ne veulent pas qu’on en parle, qu’ils prennent des dispositions, appliquent leurs propres lois pour mettre fin à l’esclavage et ses séquelles, plus personne n’en parlera. C’est même une honte pour nous en tant que sénégalais de parler d’esclavage dans un pays voisin. On aurait souhaité, qu’on n’en parle plus du tout, sur ce continent ».

Aujourd’hui, ça tourne au vinaire en Mauritanie et on veut responsabiliser le Sénégal et ses intellectuels. Pendant ce temps, Kaaw Touré issu des Forces de libération africaines de Mauritanie (FLAM) de Samba Thiam menace, insulte et secoue la Mauritanie et son peuple. Ne touche Pas à ma nationalité de Birane Wone a créé en toute pièce sur le territoire national des morts et des blessés notamment, la mort de Lamine Magnage. Les Awlad Blad qui ne sont qu’une révolution intellectuelle contre certaines mauvaises pratiques en Mauritanie galèrent hors de nos frontières. L’AJD/MR d’Ibrahima Moktar Sarr se parfume de la brise de l’Océan Atlantique de 18H dans les rues de Nouakchott est visible. Et, le MPR de Kane Hamidou Baba ne respire que dans l’ombre.

Sur cette piste on découvre qu’AJD/MR et certains leaders des formations politiques de la région du fleuve qui sont aussi, les cerveaux des noirs marginalisés de Mauritanie tournent et tournaient autour du pouvoir d’Ould Abdel Aziz, ya de cela, quelques années pour des miettes. Au moment où la Mauritanie a connu un coup d’État militaire contre un président civil et élu du peuple, SEM. Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallah. La situation actuelle que vit la Mauritanie n’est ni la responsabilité des défenseurs des droits humains, Amnesty International, la RADDHO et la Ligue sénégalaise des droits de l’Homme, ni le Sénégal et ses intellectuels.

Seuls, les Mauritaniens sont responsables de leurs propres actes et de leurs mauvaises intentions. Aujourd’hui, face à cette situation confuse en Mauritanie et entre les Mauritaniens, les défenseurs des droits humains, Amnesty International, la RADDHO et la Ligue sénégalaise des droits de l’Homme appellent les structures mauritaniennes à prendre les dispositions qu’il faut pour appliquer leurs lois qu’elles ont prises elles-mêmes, l’ordonnance de 81, la loi de 2008, la loi de 2015. Que ces lois soient appliquées avec les mesures d’accompagnement qu’il faut, pour que les personnes, qui aujourd’hui vivent l’esclavage ou les séquelles de l’esclavage dans le pays retrouvent pleinement leur liberté.

  • @ Lire plus d’infos sur : www.tvpresse.info
  • Tél : 00 222 41 83 33 92
  • moudiaye8@gmail.com
  • Nouakchott – Mauritanie
Share

Plus d'infos dans la rubrique : Opinions




laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *