Jeune Afrique porte atteinte à la dignité de l’ONU et sa rédaction se retrouve dans une situation, à décrypter et à suivre …

Provocation, insulte, diffamation, campagne d’intoxication et de dénigrement, mensonge ou encore de l’amateurisme ? Quoi qu’il en soit, Jeune Afrique et sa rédaction ont besoin d’une technique et une tactique, dans le domaine de la gestion et du traitement de l’information pour se justifier face aux professionnels des médias. Visiblement, Jeune Afrique se réclamait d’être une référence comme outil de communication et de l’information fiable, mais au fond on découvre de l’inacceptable.

Aujourd’hui, la découverte est que Jeune Afrique a publié des fausses informations sur l’Organisation des Nations Unies (ONU), sur le président de la Mauritanie et sur la délégation de son pays, lors des travaux de la 72e assemblée générale de l’ONU, à New York aux USA. Pour être précis, le Président de Mauritanie SEM. Mohamed Ould Abdel Aziz n’a pas été privé de tribune à l’ONU en septembre dernier. La décision de confier l’allocution au ministre des affaires étrangères est une décision qui a été prise par la délégation mauritanienne elle-même, contrairement à ce qui est écrit le 2 octobre 2017 à 20h -20 par Jeune Afrique, sous le titre « Aziz privé de la tribune de l’ONU».

Dans ce cadre, on constate que la date de l’allocution du ministre des affaires étrangères de Mauritanie Dr. Iselkou Ould Ahmed Izidibih est officiellement, le 19 septembre et non le 20 septembre 2017, comme a indiqué, Jeune Afrique dans un bref cadré. Voilà, aujourd’hui ce qu’oblige, Jeune Afrique et a sa rédaction de s’expliquer et rectifier cette information mensongère et diffamatoire contre l’ONU, contre la Mauritanie et ne se reste que, pour la crédibilité de l’information face à ses lecteurs du monde entier.

En Mauritanie, cette information de Jeune Afrique contre la Mauritanie et contre l’Organisation des Nations Unies (ONU) a été démentie à Nouakchott, ce jeudi 5 octobre 2017, par le ministre de la culture, de l’artisanat, porte- parole officiel du gouvernement, Dr. Mohamed Lemine Ould Cheikh, au cours d’une conférence de presse, a déclaré ce qui suit : « le Chef de l’État a été programmé, après 14 allocutions, mais des préoccupations l’ont poussé à s’excuser et à déléguer le ministre des affaires étrangères, pour prononcer son discours à sa place ». … Un dossier brulant à suivre, à décrypter et à lire sur : www.tvpresse.info

  • Tél : 00 222 41 83 33 92
  • moudiaye8@gmail.com
  • Nouakchott – Mauritanie
Share

Plus d'infos dans la rubrique : Plus d'Infos




laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *