La police Mauritanienne est sur une piste de démanteler un vaste réseau de corruption, de l’amateurisme et du banditisme déguisé …

En Mauritanie, la liberté d’expression se porte bien. Seulement, le secteur de la presse et de l’audiovisuel souffre de manque de l’honnêteté, de la neutralité et du professionnalisme. La presse est à nouveau dans le collimateur du pouvoir. Cela, s’explique par, tout simplement, que la direction de répression des crimes économiques poursuit ses missions, en élargissant son secteur d’activité, sans porter atteinte ni à la liberté de s’exprimer et ni d’informer en Mauritanie.

L’interpellation de quatre de nos confère par la police Mauritanienne vendredi 25 aout 2017, n’est qu’une opération pour renforcer, un système efficace, de suivi et de contrôle. Il ne s’agit pas d’un seul groupe des journalistes qui a été interpellé et longuement interrogé par la direction de répression des crimes économiques avant d’être libérés. Non, on constate aussi, dans le même cadre, que des syndicalistes ont également été interrogés par les services de sécurité. Possible, que d’autres acteurs politiques, de la société civile et des Mauritaniens de la diaspora sont sur la liste d’attente et de recherches.

Notez bien (NB) : le secteur de la presse et de l’audiovisuel en Mauritanie a besoin d’un contrôle, tout en exigeant du professionnalisme et un produit de qualité. Aujourd’hui, le secteur est envahi par du n’importe quoi. À 95 % du produit de la presse du pays, porte atteinte à l’image de marque de toute une patrie (Mauritanie) et encore, porte atteinte à des symboles de l’État, sans aucune raison. Pour lire et décrypter aujourd’hui, le secteur de la presse et de l’audiovisuel en Mauritanie, il est bon de savoir :

*- Qui fait du journalisme ? Qui fait du professionnalisme ? Qui fait de l’amateurisme pour faire disparaitre le journalisme et ses techniques en Mauritanie ? Qui fait du clanisme ? Qui fait du tribalisme ? Qui fait du régionalisme ? Qui fait du terrorisme ? Qui sème la haine, la division et la violence ? Qui fait du Jolloyisme ? Il met les ABC des écoles de journalisme à l’envers. Qui fait de, Etassamssir ? Il ternit l’image de marque des professionnels des médias en Mauritanie. Qui fait d’Etalawssiss ? Ils font du banditisme pour tuer le professionnalisme en encourageant de l’amateurisme.

Qui fait au sein du secteur de la presse et de l’audiovisuel en Mauritanie, d’Eté-Jawssis ? Ils font du journalisme, un outil d’espionnage pour détruire la Mauritanie, en secouant sa paix sociale. Qui porte les poches des hommes d’affaires et plusieurs autres hommes politiques qui veulent transiter leurs ressources financières, par certaines structures de la presse en Mauritanie ? Qui porte la parole de ceux qui luttent nuit et jour, pour secouer la stabilité et la sécurité publique de la Mauritanie, à travers certains médias ?

Visiblement, la direction de répression des crimes économiques en Mauritanie est une structure qui exerce ses missions avec efficacité. Sa mission consiste à rechercher et constater les infractions à la loi pénales. Donc, l’interpellation des quatre journalistes Mauritaniens par une structure de la police Mauritanienne, spécialisée dans la lutte contre la délinquance économique et financière se justifie. Elle se justifie, par l’amateurisme de certains confrères et de manque de leur transparence. Aussi, elle se justifie par le contenu de leurs produits. Certains médias mauritaniens présentent souvent au public et aux lecteurs un contenu qui nécessite un contrôle et un décryptage pour la crédibilité de l’information.

  • @ Lire plus d’infos sur : www.tvpresse.info
  • Tel : 00 222 41 83 33 92
  • moudiaye8@gmail.com
  • Nouakchott – Mauritanie
Share

Plus d'infos dans la rubrique : Actualités




laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *