20 juin 2017 (2eme partie) : Des mauritaniens malmenés en 89 au Sénégal et des mauritaniens expulsés de leur pays vers le Sénégal

Découverte : Les mauritaniens expulsés de leur propre pays en 1989 ont été victimes de violations graves et massives de droit de l’homme. Les autorités à l’époque étaient à l’origine de leur misère. Des paysans mauritaniens de la vallée du fleuve Sénégal, des pasteurs nomades, des fonctionnaires, des éléments des forces armées et de sécurité ont vécu des moments de calvaire. Aussi, des centaines de Sénégalais sont tués ou mutilés à Nouakchott et dans plusieurs autres villes mauritaniennes.

Du coté du Sénégal en avril 1989, plusieurs mauritaniens notamment, des commerçants de Dakar (Sénégal) étaient la cible de vandales et de pilleurs sénégalais. Près d’une centaine de Mauritaniens sont tués, sans ignorer de violents pillages de boutiques dans la capitale sénégalaise. Ce sont des commerçants maures blancs qui voient leurs boutiques pillées, des professionnels maures noir brûlés vifs dans leurs fours servant de dibiteries nous fait découvrir une piste d’investigation.

Face à cette situation, les mauritaniens sur le territoire sénégalais deviennent des refugiés et les mauritaniens expulsés du Sénégal vers la Mauritanie réintègrent la société et leurs communautés d’origines. C’est une autre vie qui recommence pour eux une fois déjà au bercail. Quant aux mauritaniens encore expulsés par les autorités de leur pays en avril 1989 vers le Sénégal et au Mali, ils étaient dans une misère noire avec des protestations sans fin qui marquent leur vie, sous les regards des autorités sénégalaises et des Organisations internationales des droits de l’homme.

La manipulation politique de deux coté du Sénégal et de la Mauritanie contre des innocents mauritaniens et sénégalais était visible en Mauritanie et au Sénégal. A cette période de la haine de haut niveau, l’Etat mauritanien a mis en scène en avril de 1989 ses acteurs pour monter des uns contre d’autres par des règlements de compte  »diviser pour régner ». C’est à partir d’ici que les slogans du racisme d’Etat en Mauritanien a commencé pour certains dans une haine sans fin avec agression et violence entre mauritaniens et souvent contre l’autorité publique et les symboles de l’Etat.

Un Etat esclavagiste est aussi, devenu aujourd’hui le principal slogan des défenseurs des droits de l’homme en Mauritanie dans leur lutte continue et sans effet majeur face au monde entier et face à des Organisations internationales. Ces ONGs s’activent et s’agitent de temps en temps pour punir et faire des pressions sur l’autorité mauritanienne.

Aujourd’hui, encore juin 2017, acteurs de la société civil et rancuneux mauritaniens s’activent pour se faire des archives en actualités à travers le conflit sénégalo-mauritanien et d’autres évènements. Il veulent refaire une archive en actualités qui leur fait une carte de visite pour des forums internationaux à coté des belles américaines, européennes et canadiennes en mini jupe  »culottes » avec des très belles jambes notamment à Genève, Bruxelles, New York, Paris, Montréal, après Dakar et Johannesburg.

Pendant ce temps, les soit-disant défenseurs des droits de l’homme en Mauritanie veulent défendre avec leurs muscles dans une campagne d’intoxication et souvent avec des mensonges, la cause des innocents mauritaniens. Ces défenseurs des droits de l’homme  »cigretinent  » avec des dossiers d’archives de la Mauritanie en les pesant sur la balance de la justice internationale et des ONGs fantômes. Un dossier qui ne pèse pas aussi, lourd que ça sur une balance qui balance et ré balance en faveur d’une seule partie du conflit…Billahi Khaliss Nekhna. … @ suivre plus d’infos sur : www.tvpresse.info

  • Tel : 00 222 41 83 33 92
  • moudiaye8@gmail.com
  • Nouakchott – Mauritanie
Share

Plus d'infos dans la rubrique : Plus d'Infos




laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *