A qui me confier ? …. La situation est confuse… Ma Mauritanie ne doit pas être une zone bouillante comme les autres

Citoyen, fils du pays, intellectuel, cadre supérieur, analyste, en un mot  » Journaliste d’investigation », qui croit à sa patrie. Mais à qui me confier sur ce que j’ai pu m’investir à travers mes différents dossiers ? Afin de pouvoir lire, voir et comprendre à chaque instant comment évolue mon pays (la Mauritanie) sur le plan sécuritaire, politique, économique, social, développement humain et autres, j’ai toujours été à jour avec les détails du pays et de ces fils et filles.

A cet instant précis, le constat est que cette période et les hommes (femmes – jeunes) que j’ai pu découvrir, depuis quelques années ne sont pas aussi fidèles à cette patrie comme je m’attendais. Aujourd’hui, ils ne sont pour moi qu’une machine calculatrice pour leurs intérêts égoïstes. Ils ont été infiltrés par l’extérieur pour perturber la paix sociale et la stabilité de la Mauritanie pendant cette période de 2013 – 2019.

A qui me confier ? Dois-je, changer d’amis (confidents), changer de nationalité ou de pays ? Dois-je, combattre ces traitres dans l’ombre avec ma plume en les dénonçant en public ? Dois je, observer et laisser entre mauritaniens et je dis ce ne me concerne pas ? Et, si cette patrie se transforme ou se transformera à une déchirure interne et que les traitres du pays avaient mal négocié leurs intérêts égoïstes avec l’extérieur ? Ou je serai à cet instant et avec qui ?

Je ne vous dis rien, je vous observe en priant pour que la Mauritanie dépasse cette période de 2017 – 2019 en paix. L’avenir nous dira qu’être mauritanien ne veut pas dire avoir une carte nationale d’identité, un passeport ordinaire ou diplomatique, une double nationalité ou une carte de visite avec l’extérieur, avoir des belles voitures, des villas, se promener avec des mignonnes jeunes filles en mini jupe et de belles jambes, avoir des épiceries, des boutiques, des compte-bancaires, des chameaux, des appartements, des magasins, des mini-bus, des taxis en location et des stations d’essences (carburants) en Mauritanie et à l’étranger.

Je vous connais, là ou vous ne me sentez pas. Mais, l’important c’est refuser d’aimer une patrie qui n’est pas celle de la mère. Une patrie qui ne va jamais te reconnaitre dans tes efforts pour sa stabilité. Être prudent en refusant de se confier aux ennemis et adversaires de ta propre patrie. Les raisons d’Etat finiront toujours par triompher dans une patrie que tu dois considérer comme ta propre famille. Lutter contre l’injustice sociale, la discrimination en mettant en priorité l’intérêt supérieur de ton pays pour la paix et la stabilité de tes compatriotes doit se faire sans distinction de race ou de couleur loin de la haine, de la division et de la violence.

C’est ce message qui me réveille ce jeudi 15 juin 2017 entre 3h et 4 h du matin, heure de Nouakchott en Mauritanie. Il ne m’a pas laissé dormir tranquille. Il fallait que je m’exprime pour vous dire soyez adultes, responsables, patriotes et conscients dans ce que vous faites avec les autres. Je suis déjà bien informé avec le plus petit détail de vos mouvements en me référant à mes dossiers et traces d’actualités. Je n’oublie rien. Je me souviens et je vous observe. La paix n’a pas de prix. Tu peux obtenir tes droits en paix. Mais, tu ne peux pas obtenir la paix et tes droits dans une situation confuse et sans fin.

  • Moussa N’Diaye
  • Journaliste d’investigation
  • Tél : 00 222 41 83 33 92
  • moudiaye8@gmail.com
  • Nouakchott – Mauritanie

 

Share

Plus d'infos dans la rubrique : Opinions




laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *