Investigation Journalistique (5) : des activistes et des organisations de défense de droits humains en Mauritanie mènent certaines actions dans le Kham …

La Fédération Internationale des Droits de l’Homme (FIDH) et son organisation affiliée, l’Association mauritanienne des droits de l’homme (AMDH) sont demandées à la table … Pour quoi ? Par ce que tout simplement, quelques de nos pistes de recherches révèlent une loi d’amnistie en Mauritanie. Sur cette piste, un communiqué du 12 décembre 2007, précise que :

‘’ La pratique de la torture a été massive et systématique sous le règne d’Ould Taya, particulièrement pendant la période allant de 1989 à 1992. Mais une loi d’amnistie est venue éteindre toute velléité de justice exprimée par les victimes et familles de victimes devant les autorités judiciaires mauritaniennes.’’ Cela nous fait retrouver une piste parmi d’autres. A titre d’exemple, plus de 15 organisations ont été identifiées dans l’exercice des leurs activités en étroite collaboration avec des mouvements non reconnus en Mauritanie.

Et, sur d’autres pistes, on découvre que ces mouvements s’appuient avec des ONGs sur des fausses informations et font secouer la paix sociale en Mauritanie.  5 ONGs mauritaniennes sont déjà visibles avec leurs contacts, noms et adresses. Elles sont en connexion avec d’ONGs internationales. Elles se basent sur des activités qui n’ont souvent, aucune reconnaissance officielle en Mauritanie. Pendant ce temps, elles fournissent des informations pas aussi fiables qu’on croit, à travers leurs publications sur la Mauritanie.

En général, des anciens gendarmes ou même militaires et policiers sont devenus aujourd’hui en Mauritanie des défenseurs des droits de l’homme. Des jeunes indicateurs et collaborateurs locaux des ONGs Internationales font de temps en temps leur apparition sur le terrain. Ils s’activant pour secouer la paix sociale en Mauritanie s/c de leurs ainés. Au retour de leurs actions, souvent illégales sur le territoire mauritanien, des Organisations Internationales font des publications aux autorités mauritaniennes pour dénoncer des faits qu’elles ne maitrisent pas leurs détails.

Aussi souvent, elles accusent et font porter des lourdes responsabilités à la Mauritanie et aux autorités de Nouakchott sans aucune raison. Si, les décideurs mauritaniens prenaient en considération certains détails qui ne font que nuire la stabilité du pays dans l’ombre de ces ONGs plusieurs dossiers feront l’objet de lutte contre la haine et la violence sur l’ensemble du territoire national. Certaines de leurs actions sont jugées illégales. Elles ont déjà des racines en Mauritanie.

A cette occasion, les pouvoirs publics et défenseurs de la paix sociale en Mauritanie sont appelées à faire preuve de plus d’efficacité dans leurs actions face à un mal qui ronge la paix sociale en Mauritanie. Ils doivent prendre toutes les dispositions pour mettre fin aux activités des mouvements (non reconnus), en étroite collaboration avec certaines ONGs de la haine, de la violence et de la division. Des ONGs qui n’ont aucune information fiable sur la Mauritanie et sur les actions concrètes de l’autorité.

Pour vous donner quelques points de repère, aucune tentative de la part des autorités mauritaniennes ne fait blocage à la liberté d’expression des défenseurs et des organisations de défense de droits humains en Mauritanie. Le problème qui se pose est simple. Plusieurs activistes mauritaniens mènent leurs actions sur le territoire national en collaboration avec des ONGs internationales déjà identifiées, sans aucune légitimité, aucune réglementation et ni autorisation de l’autorité publique. …

  • Dossier à suivre sur : www.tvpresse.info
  • Tél : 00 222 41 83 3 392
  • moudiaye8@gmail.com
  • Nouakchott – Mauritanie

 

Share

Plus d'infos dans la rubrique : Opinions




laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *