L’esclavage n’existe pas en Mauritanie, cette piste a rendu crédible la lutte continue des défenseurs des droits de l’homme

L’esclavage existe t-il en Mauritanie ? Ou encore l’esclavage n’existe pas en Mauritanie. En un mot l’esclavage n’a jamais existé en Mauritanie. Trois différentes méthodes de recherche et d’analyse pour se retrouver avec tous les angles de traitement pour confirmer ou infirmer, l’existence du phénomène de l’esclavage et d’autres mauvaises pratiques en Mauritanie.

Depuis plus de 8 mois d’écoute, de suivi, de recherche, d’analyse, d’investigation, d’échanges et de partage, il est aujourd’hui, nécessaire de relancer le dossier ‘’ Presse et Droits de l’Homme en Mauritanie. Pour quoi ? Par ce que tout simplement, désormais, les faits sont têtus, réels et visibles. Et, la campagne de sensibilisation et d’orientation des différents défenseurs des droits de l’homme a réussie en Mauritanie, dans la sous région et sur le plan international pour le respect de la dignité humaine.

Cette campagne de communication pour la lutte contre l’esclavage et les mauvaises pratiques en Mauritanie est sans faille. Elle a donné ses fruits avec tous les honneurs et en temps record. Le constat est que l’homme noir de Mauritanie, là ou il se présente dans n’importe quel pays du monde. Il est reçu comme victime de mauvaise pratique dans son pays. D’où la nécessité de l’accompagner pour alléger sa souffrance dans ses actions, visant à mettre fin aux mauvaises pratiques dans son pays.

A cet instant précis, les pistes et les traces de cette mauvaise pratique sont visibles. Alors, les défenseurs des droits de l’homme en Mauritanie comme Ladji Traoré, Biram Dah Abeid, Fatimata Mbaye, Boubacar Ould Messoud, Kaaw Mohamedou Touré, Toka Diagana, Aminetou Mint EL Moukhtar, Diko Hanoune, Marieme Baba Sy, Ba Bocar Omar, Lala Aicha Sy et la liste est longue. Ils deviennent tous aujourd’hui en Mauritanie et sur le plan international des références qui se battent pour le respect de la dignité humaine dans leur propre pays. L’esclavage n’existe pas en Mauritanie. Ouff, Non toi aussi, il existe.

Il existe Quand ? Comment ? Et Ou ? Il existe par ce que tout simplement, ce samedi 4 février 2017, Biram Dah Abeid était à Bordeaux en France. Il a reçu le prix « Mémoires Partagées » dans le prestigieux immeuble du Conseil départemental de la Gironde pour son engagement. Comment on peur dire que l’esclavage existe en Mauritanie ? En réponse : Selon un classement de la Fondation australienne Walk Free, la Mauritanie est le premier pays esclavagiste du monde. 150 000 personnes, soit 4% de la population mauritanienne, sont réduites en esclavage.

Et, Ou se trouve l’esclavage en Mauritanie ? C’est simple. On peut citer à titre d’exemple.  Le 21 Mai 2016, la Cour spéciale contre l’esclavage de Néma à l’Est de la Mauritanie a organisé son premier procès, juste deux semaines après son inauguration, le 2 Mai 2016, par le ministre de la Justice. Ah bon !!!!, Ah si… et ensuite ? Au cours de cette audience, le dossier RP 110/2015, mettant en cause deux présumés coupables de pratiques esclavagistes en Mauritanie a été présenté aux yeux du monde entier.

Alors,  ce samedi 4 février 2017 en France un « Invité exceptionnel » de l’association internationale Mémoires & Partages qui organisait le 223e anniversaire de l’abolition de l’esclavage en France confirme son efficacité et sa détermination  pour faire sortir les victimes en Mauritanie de leur souffrance et de leur humiliation. Il s’agit bien de Biram Dah Ould Abeid.

  • @ Lire + d’infos sur : www.tvpresse.info
  • Tél : 00 222 41 83 33 92
  • moudiaye8@gmail.com
  • Nouakchott – Mauritanie
Share

Plus d'infos dans la rubrique : International




laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *