Mauritanie : Organes de presses et techniciens de l’information peuvent bien démasquer les passeurs et trafiquants des personnes

Les outils de communication modernes et traditionnels sont aujourd’hui, des moyens  très efficaces pour lutter contre la traite des personnes et le trafic des enfants.

C’est ce qu’on vient de notre à l’issu de l’atelier, organisé par l’OIM Mauritanie, UNICEF le 6 octobre 2016 à Nouakchott au profit des journalistes mauritaniens.

Au tour d’une table ou on constate, des journalistes capables de dénoncer, toute pratique qui porte atteinte à la dignité humaine, en Mauritanie et ailleurs. Aussi, des communicateurs capables d’encourager, d’assister, d’orienter, de sensibiliser et de soutenir les efforts et actions concrètes de l’OIM Mauritanie – UNCEF pour le bonheur de l’être humain, sur l’ensemble du territoire national.

La presse écrite ou électronique, quotidienne ou hebdomadaire, les Télévisions privées ou publiques, les réseaux sociaux, dire même les médias modernes, et pour quoi pas, les médias traditionnels, Tous ces outils de communication doivent être, aujourd’hui en mesure de s’impliquer davantage pour la lutte contre la migration, la traite, le trafic des personnes et des enfants.

Pour quoi ? Par ce que tout simplement, la migration touche aujourd’hui, tous les pays du monde. C’est dans ce cadre, précis qu’il est devenu nécessaire de mettre l’accent, sur l’application de toutes conventions internationales pour le respect de la dignité humaine.

Au moment, ou plusieurs pays ont ratifiés des conventions internationales liées au respect de la dignité humaine. Aujourd’hui, on constate que certains pays ne respectent leur engagement.

Pour quoi ? Par ce que tout, simplement certains organes de presse n’arrivent pas à traiter la question de migration, la traite des personnes et le trafic des enfants avec professionnalisme, d’où la nécessité de s’orienter désormais, vers la catégorie,  » SENIOR » des médias.

En référence, on peut, aujourd’hui noter que l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) compte, plus de 162 Etats membre et quelques Etats observateurs. Sur cette piste, on découvre qu’une stratégie de communication de haut niveau est la seule garantie pour une couverture médiatique sans faille des actions de l’OIM.

En Mauritanie, à titre d’exemple, on constate qu’ il est devenu nécessaire de mener plusieurs actions sur le terrain avec les médias pour permettre aux décideurs du pays de comprendre que les victimes de la traite des personnes ont droits à un retour et une réintégration durables et sécurisées dans leur pays d’origine.

@ Lire + d’infos sur
www.tvpresse.info
Tél (Watsap) : 00 222 41 83 33 92
moussaye7@gmail.com
Nouakchott – Mauritanie

Share

Plus d'infos dans la rubrique : Plus d'Infos




laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *