Burkina-Faso – Conférence de presse : SEM. Gilles Thibault est un exemple réussi de la diplomatie française en Afrique

L’ambassadeur de France au Burkina-Faso, SEM Gilles Thibault, a animé un point de presse, mardi 26 avril 2016, à sa Résidence à Ouagadougou.

Au cours de cette rencontre avec la presse, le diplomate français a dit sur les élections municipales au Burkina du 22 mai 2016 : ‘’ C’est le dernier exercice pour la démocratie qui se joue le 22 mai 2016’’.

Ces élections municipales boucleront la boucle du cycle électoral post-insurrectionnel. Elles constituent un rendez-vous crucial pour la stabilisation et la consolidation de la démocratie au Burkina. C’est dans ce cadre que la France apporte son soutien aux acteurs-clés du processus électoral.

S’agissant du rôle des médiats dans ces opérations électorales, le diplomate français précise qu’ils ont un rôle essentiel qui est celui d’aller vers les électeurs pour les motiver et les encourager à aller voter. Ici, il est attendu de ce maillon, qu’il donne des informations fiables, précises et présente les enjeux de ces élections, les acteurs et les résultats a t-il ajouté.

C’est pourquoi, pour l’ambassadeur Gilles Thibault, il y a nécessité d’actualiser constamment les connaissances des hommes de média pour communiquer la plus efficacement possible sur le terrain.

Mieux, il estime que pour ces échéances électorales, il faut faire plus que communiquer ; il faut informer, donner des informations vérifiées, analysées, décryptées, équilibrées et équitables. Il s’agit également d’inviter les citoyens à la responsabilité, à l’esprit civique et au fair-play.

A noter, qu’une convention de financement a été signée récemment entre le Conseil d’État du Burkina-faso et l’Ambassade de France au Faso. Cette convention n’est qu’une aide financière du gouvernement Français pour l’organisation des élections municipales du 22 mai 2016.

Cette enveloppe financière de 98 millions 393 millions 561 mille francs CFA est signe d’une réussite sans faille de la coopération entre la France et le Burkina Faso.

Le 11 avril à Ougadougou au Burkina-faso, le Ministre d’État, Ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité intérieure, Simon Compaoré, a procédé à la remise officielle de chèques aux partis et formations politiques au titre de la subvention des activités hors campagne électorale.

C’est donc une somme de cinq cent millions (500 000 000) Francs CFA qui a été repartie entre les six (06) partis politiques ayant obtenu au moins 3% des suffrages exprimés aux élections législatives du 29 novembre 2015.

Pour marquer le retour définitif à l’ordre constitutionnel interrompu au Burkina depuis l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, le gouvernement burkinabè a fixé la période de la campagne électorale pour les élections municipales du 22 mai 2016. Selon le conseil des ministres du 20 avril 2016, les candidats sont autorisés à aller à la conquête des électeurs du 7 au 20 mai 2016.

A cette occasion, le Conseil des ministres du 20 avril 2016 a adopté un décret portant ouverture de la campagne pour l’élection des conseillers municipaux du 22 mai 2016. Ce décret fixe la période légale de déroulement de la campagne électorale pour les élections municipales, du samedi 7 mai 2016 à zéro heure au vendredi 20 mai 2016 à 24 heures », indique le communiqué.

Initialement prévu le 29 janvier 2016, le scrutin municipal a été reporté au 22 avril suite au putsch manqué du 16 septembre, perpétré par le Régiment de sécurité présidentielle (RSP), l’ancienne garde prétorienne de Blaise Compaoré.

Share

Plus d'infos dans la rubrique : International




laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *