Esclavage : Biram Dah Abeid tacle les autorités de Nouakchott et le Chef de file de l’opposition mauritanienne s’informe sur sa situation

Le chef de fil de l’opposition mauritanienne M. EL Hassan Ould Mohamed a rendu visite mardi 26 Avril 2016 à la prison civile de Nouakchott, le Président de L’Initiative pour la Résurgence du Mouvement Abolitionniste en Mauritanie (IRA), M. Biram Ould Dah Ould Obeid et son adjoint, Ibrahim Ould Bilal.

Ces deux défenseurs des droits de l’homme en Mauritanie purgent une peine d’emprisonnement de deux ans ferme, depuis le 11 Novembre, 2014.

A cette occasion, le chef de file de l’opposition mauritanienne a exprimé sa solidarité avec les détenus, tout en œuvrant pour leur libération à travers les efforts de son institution.

Cette visite de M. EL Hassan Ould Mohamed intervient quelques heures après la mise en ligne d’une lettre de Biram Dah Abeid du 26 avril 2016. Il écrit : ‘’Au nom d’Allah, bon et miséricordieux, et paix soit sur Son prophète’’.

Et ensuite, on constate ce qui suit :  » Les livres de la honte, qui constituent une offense à Allah et à Son prophète demeurent, pourtant, le fondement de la référence juridique, dans mon pays, la Mauritanie. Ils dénaturent le message prophétique, par la légitimation de l’offense à la dignité des humains, l’atteinte à la sacralité du corps d’autrui et l’accaparement de ses biens. »

Mettant l’accent sur les efforts des pouvoirs publics en Mauritanie visant à renforcer la liberté publique et l’égalité des chances entre les mauritaniens, M. Biram Dah Abeid tacle les autorités de Nouakchott en disant :

‘’ Mes frères et mes sœurs, chers Mauritaniens : Le régime de Mohamed Ould Abdel Aziz étrangle les libertés, sous l’apparence, fort vaine, de leur respect. Il rétrécit le champ d’action des défenseurs des droits de l’homme par les limites, graduelles, aux droits de réunion et de manifestation.

Il interdit des organisations de la société civile, embastille pour délit d’opinion, censure les émissions de télévision et de radio, emprisonne les journalistes, poursuit ses opposants et les met à la diète ; privés de toute activité professionnelle, ils rejoignent la cohorte des hommes d’affaires qui subissent ses tracasseries et en récoltent la ruine, quand ils s’abstiennent de lui prêter allégeance.’’

Quant au peuple mauritanien, aux femmes, hommes, jeunes et moins jeunes, parmi les abolitionnistes de Mauritanie et, à travers eux, à tous les compatriotes de bonne volonté, aux organisations et gouvernements épris de justice, de liberté et de dignité humaine, de par le vaste monde, le président de L’Initiative pour la Résurgence du Mouvement Abolitionniste en Mauritanie (IRA), M. Biram Ould Dah Ould Obeid qui est en prison depuis, le 11 novembre 2014, tend la main de la réconciliation et de la fraternisation, à tous les Mauritaniens.

Il dit : ‘’ Mes chers frères et sœurs : Fils et filles de la Mauritanie, l’Initiative pour la Résurgence du mouvement Abolitionniste (IRA) tend la main de la réconciliation et de la fraternisation, à tous les Mauritaniens, individus, groupes, organisations, partis politiques pour l’élaboration et le respect d’une Charte nationale d’honneur et de paix, sur la base des préceptes du Saint Coran et des standard du droit international.

Le code de conduite et de concorde se reconnaît la priorité du retour à la fraternité islamique véritable, aux principes de la citoyenneté dans un État, protecteur et – non détracteur – de ses ressortissants. . Le premier acte de cette renaissance au devoir et à la dignité, réside dans l’injonction de l’union sacrée, pour défendre la Constitution de la République Islamique de Mauritanie. M’en remettant à Allah…..’’

Cette lettre n’est qu’une mise au point par rapport à son engagement dans la lutte contre l’esclavage sous toutes ses formes avec ses différents collègues. Et ce, à la veille du quatrième anniversaire de l’incinération symbolique des livres esclavagistes précise le mouvement de l’IRA – Mauritanie.

L’incinération de ces livres, a eu lieu le vendredi 27 avril 2012. Le président et beaucoup d’autres militants furent arrêtés et une grande campagne de diabolisation à été menée par le pouvoir indique le mouvement et les détenus sont restés 4 mois en prison avant d’être libéré.

Share

Plus d'infos dans la rubrique : Actualités




laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *